Exposition « Mémoires d'Orient »


VISITE DE L'EXPOSITION « MÉMOIRES D'ORIENT »
organisée par la S.B.É.O.

LE SAMEDI 9 OCTOBRE 2010 - 14h00
Musée Royal de Mariemont
chaussée de Mariemont, 100
7140 Morlanwez


P.A.F.: 5 €
à verser avant le 1er octobre
sur le compte 000-1325483-75 de la S.B.É.O.
avec la mention "Mariemont"

L'exposition retrace les échanges entre le Hainaut - au sens historique de la province belge actuelle et de l'ancien comté - et l'Orient, entendu comme le pourtour oriental large de la Méditerranée (Égypte, Proche-Orient, Afrique du Nord, Turquie). Elle couvre deux millénaires et traverse trois continents. Des objets et des documents évoquent d'étonnantes et enrichissantes aventures humaines tant historiques, qu'artistiques ou économiques. Ils illustrent surtout la curiosité réciproque générée par la rencontre de cultures si différentes.

Dès le 2e siècle après J.-C., dans notre région, on observe des traces de divinités orientales, entretemps devenues romaines, telles Cybèle et Attis, Mithra, Isis et Sérapis. Dans leur sillage, le christianisme va progressivement supplanter les autres cultes.

Des siècles plus tard, le rêve de la «libération» des lieux saints en terres orientales engendre les Croisades. En Terre Sainte, les Croisés, dont des Hainuyers, recréent les structures politiques, économiques et religieuses de l'Europe chrétienne. Pèlerins et voyageurs rencontrent les communautés, les cultures et les sciences orientales. De leurs périples, ils ramènent des reliques ou des objets « de curiosité ». Quelques-uns relatent leur voyage, comme le Montois, G. Lengherand, ou J. Zuallart, originaire d'Ath. Le voyage d'Orient inspire des légendes telles celle de Gillion, seigneur de Trazegnies.

À l'époque où le Hainaut fait partie des Pays-Bas espagnols puis autrichiens, quelques militaires, diplomates et artistes hainuyers visitent l'Orient. Par exemple, Ogier Ghislain de Busbecq (1522-1592), originaire de Comines, ambassadeur à la cour de Soliman le Magnifique, qui aurait introduit les bulbes de tulipe en Europe. Ou Jean-Baptiste Vanmour (1671-1737), de Yalenciennes, peintre de la Sublime Porte.

Dès l'indépendance de la Belgique, d'audacieuses entreprises hainuyères se lancent à la conquête des marchés orientaux, notamment en Égypte. Tel est le cas de Baume & Marpent (Haine-Saint-Pierre), qui se voit confier des réalisations majeures, dont près de 158 ponts sur le Nil. La création de la nouvelle ville d'Héliopolis au nord-est du Caire et les tramways du Caire sont de spectaculaires réalisations à l'actif de l'industriel Edouard Empain (1852-1929), originaire de Beloeil. Celui-ci financera avec Raoul Warocqué (1870-1917) les fouilles sur le site d'Héliopolis.

Ces riches échanges entre le Hainaut et l'Orient ne se sont pas limités à l'art, l'architecture ou la littérature. Ils ont aussi marqué la toponymie, l'héraldique ainsi que les manifestations religieuses, comme les processions, ou celles du folklore local.

Tous ces aspects seront évoqués dans l'exposition par des oeuvres provenant de musées belges et étrangers (antiquités romaines, manuscrits, livres précieux...), des pièces remarquables du patrimoine religieux (reliques, tableaux...), des monnaies et des médailles, ou encore par des évocations d'importantes manifestations folkloriques inscrites au patrimoine immatériel de l'humanité. La ville d'Héliopolis sera illustrée par un film réalisé par la cinéaste égyptienne Asma El Bakry.



  Page d'accueil